GONI SHIFRON
FOR INTÉRIEUR
du 20 juin au 3 octobre 2020
Le premier lieu que nous avons habité est teinté pour toujours d’une ambivalence impossible à résorber, à savoir que le premier de nos lieux, est toujours susceptible d’être trop doux ou trop froid, trop proche ou trop lointain, impossible à habiter ou impossible à quitter. Avec ceci qui sera la tache de toute notre vie, qui est que ce lieu premier que nous espérons suffisamment confortable pour pouvoir grandir, il faudra le quitter. 
L’expression populaire « lutte fratricide » dit cette vérité essentielle, à savoir qu’il n’y a qu’un seul territoire pour tous les frères, nous venons tous du même ventre, entendez ! Nous sommes tous pris dans une même insécurité territoriale des origines, trop aimé autant que mal aimé. Ce qui nous effraie, c’est autant d’avoir à partir que d’avoir à rester. L’indifférencié est aussi angoissant que l’inconnu. Quel n’est pas notre trouble, d’un même berceau pour trois monothéismes ? Nous en sommes tout autant ravis, sidérés, qu’horrifiés. Que tout cela s’origine du même lieu nous plonge dans un sentiment « d’inquiétante étrangeté », dans un certain type de malaise.​​​​​​​
Annabelle Ponroy
Ci-contre: "For Intérieur"
Photo: Nikolaz Lecoq
"Fabre est le fruit de collaborations inédites entre une psychanalyste, une commissaire d’exposition et un artiste.
Avant même de s’envisager, Fabre se voyait plutôt comme une aventure singulière offerte à tous dans un lieu intimiste
qui privilégie la rencontre avec l’Autre.
Un moment en suspens où l’écoute de la parole des artistes embraye des idées, des concepts, des valeurs qui nous rassemblent.

Après trois expositions monographiques inédites
(Laëtitia Badaut Haussmann, Alexandre et Florentine Lamarche-Ovize, Jean-Pascal Flavien),
Fabre s’adapte, étonne, se transforme chaque fois un peu plus au gré des invitations.
L’envie première d’échapper aux cadres imposés, aux formats et aux rythmes conventionnels,
de soutenir la création contemporaine reste intact.
Et Fabre, ouvert à l’inattendu de ce que l’oeuvre d’art nous fait."
Alexandra Fau

Laëtitia Badaut-Haussmann - SAS Villa Psy 2 - 2018

Back to Top